Merci d'installer le plug-in Flash

Get Adobe Flash player

soyez curieux !

La ville de Muret est l’héritière d’un patrimoine architectural riche et éclectique. Vous traverserez les siècles et l’histoire, en parcourant les rues pavées de Muret.

Le saviez-vous ? L'Envolée d'Icare qui se trouve à Muret, à été réalisé par Paul Landowski, auteur du Christ Rédempteur de Rio de Janeiro !

En savoir +

Téléchargez ou venez retirer les plaquettes de la collection "Muret visite", à l'Office Muretain de Tourisme.


Centre historique version FR - Centro historico version ES
Parc Clément Ader
Chapelle Saint Amans

 

DĂ©couvrez Ă©galement le musĂ©e ClĂ©ment Ader et Les Grands Hommes, pour tout savoir sur la bataille de Muret de 1213, les fouilles archĂ©ologiques locales, les Muretains emblĂ©matiques :

ClĂ©ment Ader, Vincent Auriol, Nicolas Dalayrac et Le MarĂ©chal Niel.

 

Muret une ville à l’architecture éclectique


Deux pĂ©riodes ont laissĂ© particulièrement leurs empreintes : d’une part la pĂ©riode mĂ©diĂ©vale et d’autre part les XIXème et XXème siècles, en particulier les annĂ©es 1930 sous l’impulsion de Vincent Auriol.

 

En outre, Muret possède un centre historique plein de charme autour de l’église Saint Jacques. Vieilles pierres "roses" et ruelles mĂ©diĂ©vales sont au rendez vous !

 

Le premier peuplement date de l’époque nĂ©olithique, mais c’est au XIème siècle, au confluent de la Louge et de la Garonne, que s’édifie la citadelle Ă  « Murel Â» (protĂ©gĂ©e par des murs).

S’érige alors un château et l’église St Sernin.

Puis au XIIè siècle, l'église St Jacques est construite et vient suppléer St Sernin.



EPOQUE GALLO-ROMAINE


Le Four du Bourdaya : construit de briques et de tuiles, il fait parti d’une sĂ©rie de fours Ă©tablis sur la rive droite du fleuve de La Garonne et construit Ă  l’époque gallo-romaine.



EPOQUE MEDIEVALE


L’église St Jacques : est Ă  l’origine de style roman. Son clocher est de style gothique languedocien (XIVème siècle). Elle est classĂ©e aux Monuments historiques depuis 2005.

Elle renferme de nombreux trésors: peintures (Despax, Gamelin,...) des oeuivres d'Art et une crypte où se cachent d'autres merveilles du patrimoine muretain.


Au vue d'une remarquable rénovation, ce splendide édifice de neuf siècles est un gage de fierté du patrimoine muretain.



A l’intérieur, vous pourrez notamment apprécier la chapelle romane du Rosaire qui rappelle la bataille de Muret de 1213. Son orgue est classé aux Monuments Historiques.

La ville de Muret a été construite autour de son église.

Ce qui est surprenant, c’est de constater que certaines habitations prennent corps avec l’église, si bien que l’on a parfois du mal à distinguer les limites de l’église de celles des habitats et des boutiques autour.



La maison Ă  colombage: bâtisse du XVème siècle inscrite Ă  l'Inventaire SupplĂ©mentaire des Monuments Historiques depuis 1940.



Les ruines du vieux pont : pont construit en 1203 « franc de leude et de pĂ©age Â» a permis de favoriser le nĂ©goce.

Ce pont a facilité l’invasion de Muret par Simon de Montfort, par deux fois au XIIIème siècle.

 


La Chapelle Saint Marcet : sa façade dite « mur des lĂ©preux Â» se trouve sur les berges de la Garonne. D’abord lazaret puis devenue hĂ´pital pour contagieux, cette paroisse accueillait depuis la fin du XIIème siècle les malades et indigents de la ville.



La Chapelle St Amans : sur les hauteurs de Muret, surplombant le lit de la Garonne, la chapelle de style roman se caractĂ©rise par son architecture massive. Elle date du XIIème siècle et possède un clocher-mur en arcade de type Toulousain.


Des lieux qui rappellent l’ancienne citadelle : ses remparts de briques et de galets qui dominent la Garonne et la Louge ; ses places pavĂ©es telles que la place du Mercadar, la place Mercadieu…


Les vestiges du Château des Comtes du Comminges, édifié au début du XIIème siècle et détruit en 1624 sur ordre de Louis XIV.



DU XV° AU XVII° SIECLE

 

De nombreuses maisons Ă  colombages : du XVème et XVIème siècle, sont prĂ©sentes dans le centre historique.



Le vieux moulin de Louge : construit en 1637 et transformĂ© au XXème siècle en usine Ă©lectrique. La salle des machine Ă  concervĂ© ses turbines . Aujourd'hui le moulina Ă©tĂ© rĂ©habilitĂ© en une maison d'Ă©nergie renouvelable.



DU XIX° AU XX° SIECLE


Les allĂ©es Niel : Ă  l’origine Ă©taient constituĂ©es d’épaisses murailles et tours « Murel Â» dĂ©truites en 1750. Une esplanade bordĂ©e d’ormeaux prend le nom de « chemin de la porte de Salles Ă  Lirisson Â». Elle deviendra ensuite la « route impĂ©riale Â» et enfin, sous le Second Empire, les « AllĂ©es Niel Â» en hommage au marĂ©chal Ă©ponyme.



Des bâtisses tĂ©moins du XIXème siècle, sont prĂ©sentes tout autour de la place de la Paix et dans quelques ruelles du centre historique. Leurs caractĂ©ristiques principales rĂ©sident dans des toitures en tuiles canal, des encadrements en briques, des moulures en briques, des balustres moulĂ©s…

Sur les allĂ©es Niels sont Ă©difiĂ©es des maisons bourgeoises possĂ©dant de larges balcons avec des balustres de terre cuite, et des loggias ornĂ©es de frises spĂ©cifiques en bois.



La Maison de Vincent Auriol date du XXème siècle,  elle abrite aujourd’hui le musĂ©e « ClĂ©ment Ader et les grands hommes Â».



Le Parc ClĂ©ment Ader : rĂ©alisĂ© Ă  l'initiative de Vincent Auriol, alors maire de Muret en 1925, le parc est un hommage Ă  ClĂ©ment Ader, muretain pionnier de l'aviation et inventeur du premier engin volant, l'Eole. Il est un tĂ©moignage de l'aviation quelle soit nationale ou internationale comme en attestent les stèles commĂ©moratives qui ornent le parc. Il est inscrit aux Monuments Historiques depuis 1999.



Le Parc Jean Jaurès :  crĂ©e dans les annĂ©es 30, sous l'impulsion de Vincent Auriol, le parc est situĂ© sur une ancienne ballastière. Il est le siège d’un arboretum, c’est un lieu de promenade et de fraĂ®cheur oĂą serpente un petit canal. Il compte une soixantaine d’espèces et essences d’arbres.



Les statues et monuments :

  • De part et d’autre des allĂ©es Niel, ont Ă©tĂ© Ă©difiĂ©es deux statues : celle de Nicolas Dalayrac (compositeur du XVIIIème siècle) et celle du MarĂ©chal Niel (marĂ©chal de France et Ministre de la guerre au XIXème siècle). les statue originales en plomb ont Ă©tĂ© fondues par les allemands lors de la Seconde Guerre Mondiale ;
  • « L’EnvolĂ©e d’Icare Â», monument de 14 mètres de haut de Paul Landowski (rĂ©alisateur du Christ rĂ©dempteur), domine le parc ClĂ©ment Ader. Elle reprĂ©sente Icare  et en contre-bas ClĂ©ment Ader regardant vers le ciel.

Dans ce parc on trouve aussi d’autres Ĺ“uvres sculptĂ©es :

« La stèle de la paix Â», « TraversĂ©e de l’Atlantique Â» et « TraversĂ©e de la MĂ©diterranĂ©e Â» ... Ces aĂ©rostèles sont Ă©difiĂ©es en l’honneur de Louis BlĂ©riot, qui a traversĂ© la Manche, Roland Garros qui survola la MĂ©diterranĂ©e, Nungesser, Coli et Lindberg qui tentèrent avec ou sans succĂ©s la traversĂ©e de l’ocĂ©an Atlantique…..


  • Le monument aux morts, inaugurĂ© en 1922 place de la Paix, a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© par le muretain Jacques Labatut et commĂ©more l'Armistice du 11 novembre 1918, lors de la Première Guerre Mondiale. La statue qui domine le monument est une paysanne qui reprĂ©sente la France. Elle tient dans ses mains un rameau d'Olivier, signe de paix et couvre d'une couronne un poilu mort Ă  ses pieds.